Menu
Littérature ivoirienne

Ange-Laurent Famien : “entre tout financer soi-même et tout remettre dans les mains d’une maison d’édition qu’est ce qui est plus facile ?

Vues : 167

L’opportunité d’avoir perdu ses parents. C’est avec ce titre choquant que Ange Laurent Famien entre dans l’univers de l’écriture. En auto édition, s’il vous plaît. Avec un sens de la répartie très vif, une vision claire, le directeur artistique de profession nous parle de sa nouvelle compagne : l’écriture. Il nous faudra désormais compter avec Ange Laurent parce que l’aventure ne fait que commencer. Entretien.

Vanessa Alabi : De quoi parle ton livre ?

Ange Laurent Famien : Mon livre retrace une partie de mon histoire en l’occurrence celle qui parle du décès de mes parents. Il raconte comment elle s’est déroulée dans cette période et comment de ces moments difficiles j’ai pu trouver la force de  rebondir. Bien plus comment ces moments ont été le moteur de tout ce que je suis en train de faire aujourd’hui.

VA : Pourquoi un tel titre ?

ALF : La fameuse question (rires). Je n’ai pas trouvé une meilleure façon de traduire ce qui s’est passé. Les perdre est la chose pour le moment la plus difficile et douloureuse qui m’est arrivée mais qui m’a permis de découvrir tout le potentiel que j’avais. De plus je suis communicateur et il fallait trouver un titre accrocheur alors j’ai osé donner ce titre assez atypique.

VA : A quel moment tu prends la décision d’écrire ?

ALF : Déjà j’ai commencé à écrire sans savoir que c’était un livre. Au départ c’était juste un petit journal intime où je notais ce que je voulais dire à ma mère après son départ, c’était en 2011. Ensuite il a été découvert par une amie qui m’a conseillé de retranscrire ce journal en livre. C’est seulement courant 2014-2015 que j’ai réellement décidé de l’écrire et en 2018 il était prêt.

VA : Comment tu définirais ton écriture ?

ALF : Je ne saurais répondre. C’est un mélange, et je ne suis pas à la base littéraire je pense donc que des personnes plus averties dans le domaine sauront m’orienté. Si, c’est un nouveau style alors je serai heureux d’en être le précurseur.

VA : Pourquoi l’auto édition ?

ALF : J’ai opté pour l’autoédition pour tâter le terrain, pour voir comment se comporterait le livre, faire ma propre expérience. De plus, il parait que les maisons d’Edition au départ ne propose pas de bons pourcentages. Il faut être un peu « connu » dans le milieu pour prétendre avoir un bon pourcentage. Alors je travaille à être au niveau où je pourrai mieux négocier mes parts.

VA : Es-tu satisfait des ventes ? comment se comportent-ils ?

ALF : Satisfait au départ oui ! J’avoue que l’engouement autour de l’annonce de la sortie du livre m’avait moi-même étonné. Très vite j’avais rentabilisé les coûts d’impression quand la vente a démarré. Mais étant seul à tout gérer et étant en fonction à plein temps dans une entreprise, très vite le suivi a pris un coup. Pour le moment les ventes sont en baisse mais je travaille à relancer bientôt la machine avec une petite équipe pour maintenir le cap.

VA : Quels sont les auteurs qui t’inspirent ?

ALF : Les auteurs qui m’inspirent sont ceux qui ont écrit la Bible. C’est le livre que je lis le plus et du quel je tire mon inspiration. Je lis d’autre livre surtout de développement personnel mais je les ramène tous à la Bible.

VA : Tu réponds quoi à ceux qui disent que l’auto édition est un raccourci de facilité ?

ALF : Je leur demanderai entre tout financer soi-même ( Impression, campagne digital, dédicace, rencontre etc…) et tout remettre dans les mains d’une maison d’édition qui en a les moyens qu’est ce qui est plus facile ?

VA : Quelle était ton appréhension en sortant le livre ?

ALF : Le comment les gens allaient le recevoir avec ce titre assez « particulier ». D’autres me disaient même qu’il était morbide et que j’encourageais à tuer les parents(rires). Mais après j’étais convaincu du contenu à cause de ce que j’étais moi-même devenu. Aussi, le livre était un peu réclamé quand même par ceux qui me suivent sur mes réseaux sociaux. Il était donc une sorte de concrétisation de plusieurs années de conseils, de ‘’coaching’’ sur internet par des postes écrits.

Amazon.com: L'opportunité d'avoir perdu ses parents (French Edition) eBook: Famien, Anokoi Kodjo Ange Laurent: Kindle Store

VA : Doit-on s’attendre à un prochain livre 

ALF : Bien sûr. Écrire est devenu ‘’ma vie’’. Les trois prochains sont en rédaction. Ils ont pour titre respectif :

Repenser et Allumer la créativité (presque fini)

J’ai encore un père.

Cicatrices.

Le livre est disponible sur Amazon, et vous pouvez aussi contacter l’auteur pour vous le procurer. N’hésitez pas.

 

No Comments

    Leave a Reply