Menu
RECO LECTURE

Brûlant était le regard de Picasso, Eugène Ebodé

Vues : 81

Madeleine Hammar Petrasch n’est pas un personnage fictif. C’est une dame de plus de 80 ans amoureuse de lecture et d’art. Eugène Ebodé raconte sa vie, son histoire singulière de fillette exilée en France, de père suédois et de mère camerounaise. Ses parents Gösta Hammar et Monica Yaya n’ont pu s’aimer comme il le souhaitait principalement à cause de la différente de culture. Les 482 pages du livres permettent de comprendre les tourments identitaires de Mado baladée entre divers foyers loin de ses parents biologiques.

Dans la peau d’une métisse, on est en proie à différents questionnements. Quand, à cela s’ajoutent les regards curieux et/ou méprisants des gens autour de soi, on s’en remet difficilement. La rivière rouge et blanche qui a vu naître la métisse n’a jamais cessé de couler dans son âme.

Elle a rencontré Picasso et d’autres peintre du 20è siècle. D’ailleurs, Mme Petrasch est extrêmement riche d’une expérience étalée sur 2 siècles et agrémentée par différents lieux dans le monde. Mado est une citoyenne du monde.

Zoom sur le chapitre 8

L’auteur dévoile, dans cette partie consacrée au « tiraillements de Mado »,

L’héroïne découvre par son grand-oncle, l’histoire des tirailleurs africain noirs, privés des honneurs après une guerre pour laquelle ils ont vaillamment combattu. Sur recommandations des américains, il fallait « blanchir » les troupes. Résultats, les soldats noirs étaient pour certains fusillés. Littéralement. D’autres, plus chanceux, étaient rétrogradés et remplacés par des maghrébins.

Cette partie est significative et pointe du doigt l’engagement de l’auteur à restituer une vérité longtemps occultée de l’histoire d’Afrique noire.

Le livre est dense et riche de références diverses. Si vous voulez en saisir toute la quintessence, il vous faut au moins deux lectures. Entre le nombre pléthorique de personnages et de faits évoqués, vous aurez intérêt à relire certaines pages plusieurs fois.

Eugène Ebodé est en lice pour Le prix les Afriques 2022.

No Comments

    Leave a Reply