Menu
Littérature ivoirienne

Gauz, Serge Bilé et Leonora Miano, tout feu tout flamme

Vues : 2266

S’il n’y a que trois choses à acheter, actuellement, ce sont Cocoaians, Le souper du Trocadero et Stardust. Votre loyer ? La rentrée ? Oubliez-Les ! 😊

Gauz’

Après Debout payé, Camarade Papa, Black Manoo, un nouveau titre de l’écrivain vient de sortir : Cocoains.
Pour tout Ivoirien qui s’intéresse à l’actualité dans son pays, le titre est évocateur. Je ne vais clairement pas vous expliquer pourquoi, ce n’est pas mon sujet 😏. Si vous voulez un indice, tapez juste poudre, Abidjan… Pour revenir au livre, voici un extrait du résumé de l’œuvre.

Il renoue avec l’ “odyssée coloniale” de Camarade papa, mais adopte le point de vue des planteurs et cacaotiers africains plutôt que du colon blanc, permettant une belle perspective d’espérance, avec l’idée d’une Afrique qui se réappropriait le produit de son travail en plus de ses modes de production, afin de se libérer de l’aliénation induite par le capitalisme post-colonial.

Aliénation, capitalisme post colonial… je vais lire. En plus, il est édité en seulement 96 pages par l’éditeur L’Arche.

Serge Bilé

Avec cet auteur, j’ai vraiment de la mise à jour à faire. Il a de nombreux titres qui me font de l’œil mais je ne suis pas passée à l’action encore. J’ai lu et apprécié son livre Et si Dieu n’aimait pas les noirs. Sur ma wishlist, il a trois ou quatre titres.

Les recherches et les thématiques auxquelles touche Serge Bilé me parlent. Petit rappel douloureux, j’avais résolu de lire des livres historiques en 2022. Nous sommes en juillet et le bilan n’est pas joli joli. La honte.

En attendant la très prochaine mise à jour, voici Le Souper du Trocadero. En deux mots, Serge Bilé raconte le dîner de Mandela et François Mitterand. Il se trouve que le chanteur Renaud était l’écrivain Aimé Césaire étaient également invités. J’ai hâte de découvrir les dessous de cette rencontre autour de la table.

Voir aussi : Afropéan Soul, Léonora Miano

Leonora Miano

L’écrivain franco Camerounaise signe son roman de le plus personnel avec Stardust. Avant tout propos, voici un extrait du résumé

Écrit il y a plus de vingt ans, ce roman relate la période au cours de laquelle Léonora Miano, jeune mère de 23 ans sans domicile ni titre de séjour, fut accueillie avec sa fille dans un centre de réinsertion et d’hébergement  d’urgence du 19e arrondissement de Paris. C’est en fréquentant la rudesse de ses marges qu’elle a le plus intimement connu la France…

Si ça ce n’est pas croustillant…

Si vous connaissez l’auteur, vous savez ce qui vous attend dans cette lecture. Le livre est sorti chez Grasset mais également dans la maison d’édition de l’écrivaine basée au Togo. Vous devinez laquelle je compte acheter. J’adore le travail des éditions Grasset mais Wacanda forever !

Voilà, mes amis. Vous savez tout. Soyez prêts à chauffer le porte monnaie, vive les livres, je vous remercie 😁

No Comments

    Leave a Reply