Menu
BOOOOKS

Haruki Murakami, Birthday Girl

Vues : 198

Birthday Girl, c’est l’histoire étrange d’une jeune femme contrainte de passer sa soirée d’anniversaire à son boulot. Son patron tombe malade justement ce même jour. C’est une première pour l’homme, depuis son embauche, 20 ans plus tôt.

Ce dernier avait pour pour tâche, chaque soir, de servir le repas du propriétaire du restaurant où il est employé. En dehors de cet employé, aucun autre n’avait jamais rencontré le propriétaire. Vu les circonstances, c’est finalement la jeune femme de 20 ans qui fera la rencontre du mystérieux octogénaire. L’homme est satisfait de la prestation de la jeune dont il fait la rencontre ce jour. Et, en guise de cadeau, il lui demande de formuler un voeu qui deviendra réalité. Cette étrange soirée restera gravée dans ses souvenirs les plus précieux. Elle le raconte à une amie, justement 20 ans plus tard.

Birthday Girl - Haruki Murakami
Crédit Photo : communautes.cultura.com

C’est un texte simple et facile à lire. Sa fluidité vous permettra de le lire en moins de deux heures (sans interruption). C’est surtout parce qu’il fait à peine 72 pages. Il est édité par les éditions 10-18. C’est une short story ne vous laissera pas indifférents.

Résultat de recherche d'images pour "birthday girl haruki murakami"

Les illustrations et métaphores sont délicieuses ! A la page 14, j’ai dû faire une pause pour admirer la maîtrise et la finesse de la comparaison de Murakami. Extrait :

Il flottait autour de lui une odeur de célibataire endurci, comme du papier journal et des pastilles enfermés ensemble dans un tiroir depuis un certain temps.”

Ce que j’apprécie c’est la complexité de l’image qui est présentée. Le célibat n’a pas d’odeur, à priori. Sauf que pour certaines situations, à l’image de celle que décrit l’auteur, cela se sent. Pour en arriver à un tel stade, le célibataire a certainement dû banni de sa vie tout espoir de fonder un couple. Il s’est endurci, a finit par faire de sa condition une seconde nature et ça, on le SENT justement comme “du papier journal et des pastilles enfermés ensemble dans un tiroir depuis un certain temps.”

les personnages sont construits rigoureusement. Pas besoin d’une pléthore de pages pour s’en rendre compte. Cela relève d’une prouesse. A la page 51, vous lirez

Les rides de son front s’approfondirent. On aurait pu imaginer qu’elles étaient semblables aux rides de son cerveau concentrées sur ses pensées.” No comment.

Voir aussi La mort expliquée à ma fille – Emmanuelle Huisman-Perrin

Il y a quelque chose d’insaisissable dans sa narration. Même en restant concentré, vous pouvez avoir l’impression d’avoir raté quelque chose en cours de lecture. Je trouve cela magique !

Les illustrations au fil des pages sont magnifiques. Autant que la plastique du livre. Les pages imprimées papier glacé finisse de convaincre sur le charme de ce petit livre qu’on emmènerait partout, près de soi.

Le caractère mystérieux de l’histoire est le miroir de la culture de l’auteur. Il n’y a pas de réponse claire, ni de parti pris. Culture dans laquelle l’observation est fondamentale. Bien que certaines références soient européennes, le savoir faire et l’esprit demeurent Japonais.

En mois de 100 pages, Haruki Murakami nous livre une histoire précise, fluide et totalement maîtrisée. Pas étonnant qu’il soit autant adulé au Japon et même hors des frontières nippones. Ce livre peut être lu autant par les adultes que par les jeunes. Si après lecture, il vous prend l’envie de faire un voeu, ne vous retenez pas.

2 Comments

  • Didier G.
    6 avril 2020 at 16:47

    la revue me donne envie de lire…. Merci pour cette découverte.

    Reply
    • vanessa alabi
      8 avril 2020 at 12:17

      Merci d’être passé. Tu vas aimer, j’en suis sure.

      Reply

Leave a Reply