Menu
RECO LECTURE

Le sacre de Djétéhi, Josué Guebo

Vues : 196

Josué Gebo est écrivain, auteur de nombreuses publications. Le sacre de Djétéhi est sa seconde œuvre théâtrale. L’œuvre de 86 pages est sortie en 2021 aux éditions Vallesse.

Au pays du Loglèdou, les fils de Babo Naki, Pamadrou et Diwéri se livrent querelles depuis des lustres. Impossible de régler ces conflits qui ont fini par installer un climat de méfiance entre eux et sur tout le territoire. La paix est rudement éprouvée par les actions de l’un et l’autre. Chacun des deux est convaincu de sa légitimité à conduire les destinées de son peuple.

De son côté Glou Guédé excelle en matière de flatterie. Son verbe est aussi sucré que le miel. Ses intentions aussi tortueuses que le labyrinthe. A Pamadrou, il relate les mesquineries de Diwéri. D’un autre côté, il s’emploie à convaincre ce dernier d’en finir avec son frère Pamadrou.

LIRE AUSSI : La traversée de Philippe Di Nacera 

Pendant ce temps, avec son épouse Zidogoplou, Djétéhi s’est retiré sous la terre où il réside désormais. C’est de là qu’il réalisera un exploit digne d’un héros. De son action, de nombreuses leçons de vie et de leadership découlent.

Le livre est une critique de faits qui ne vous laisseront pas indifférents. Je vous propose deux extraits qui planteront le décor. Ensuite, vous aurez une idée claire de ce dont il est question dans le livre. Du moins si vous avez suivi l’actualité politique de la Côte d’Ivoire des deux dernières décennies.

Mon avis

Les 86 pages sont une vraie prouesse d’écriture. Il y a de l’intelligence, de la répartie et surtout de la romance. Entre sourire et curiosité, j’ai fini la lecture relativement satisfaite.

Cependant, j’en ressors avec un goût amer quant à la façon dont est présentée la femme.

La femme de Djétehi n’est pas uniquement belle. Elle discute avec son mari et n’a absolument rien d’une bénie oui oui. Par contre, je pense qu’il faut rompre avec une façon de penser que la plume de l’auteur alimente ici. C’en est assez de la croyance selon laquelle il ne faut pas parler de certains projets à son épouse de peur qu’elle ne comprenne pas ou qu’elle les fasse foirer.

Zidogoplou bien qu’elle ne soit pas d’avis a suivi son époux en changeant de façon de vivre. Elle peut tout à fait comprendre que son mari entame une mission périlleuse. Mieux, elle aurait très bien pu lui venir en aide avec quelque idée que ce soit.

Une femme qui est capable de te suivre habiter n’importe où mérite au minimum d’être informée d’un projet qui pourrait l’impacter également. D’une façon ou d’une autre.

De ce livre, je retiens que le salut ne vient pas toujours de là où on l’attend. Mais aussi que le dialogue est un remède efficace. Toujours !

No Comments

    Leave a Reply