Menu
HUMEURS / Littérature ivoirienne

SILA 2022 : Mon coup de gueule contre un éditeur

Vues : 266

Un livre c’est un tout. L’idée, l’écriture, l’édition, l’impression, la promo, la vente, la diffusion… A chacune de ces étapes, il y a des professionnels. Si pour une raison ou une autre on voudrait se substituer à eux, il faut le faire bien, dans les règles de l’art.

Alors que je faisais mon shopping au SILA, j’ai été interpellée pour la dédicace d’un jeune auteur. Il était avec son éditrice. Premier élément, le livre était mal édité. A peine si on parvenait à l’ouvrir tellement il était tordu. Sur la quatrième de couverture, il y avait une énorme faute. Non de frappe, mais une faute de langue d’une grossièreté… mon Dieu.

Lire aussi : Ce que Ken Bugul m’a dit au SILA 2022

Donc, le jeune homme est devenu écrivain, selon lui. Il compte même signer des livres pendant le salon du livre. Mais ni lui, ni son éditrice n’ont pu se dire qu’il ne fallait pas exposer le fruit de leur collaboration parce que c’est d’une qualité douteuse. Ils sont venus quand même et espéraient que les visiteurs achètent le livre.

Je ne suis pas une experte en édition, mais je sais quand même que l’imprimeur présente un BAT (Bon à tirer) avant l’impression de masse. Je ne peux pas croire que quelqu’un ait validé ce que j’ai vu ! C’est un manque de respect pour le lecteur et pour soi-même !

3 Comments

  • Danielle GONAÏ
    29 mai 2022 at 22:11

    Tranchant directe. J’aime beaucoup les livres de valesse côté qualité. Merci de nous rappeler que la perfection, il faudrait y tendre.

    Reply
  • vanessa alabi
    29 mai 2022 at 22:36

    C’est déterminant. Merci de ton commentaire.

    Reply
  • Nicole KANGAH
    29 mai 2022 at 22:37

    Merci beaucoup dame Alabi. L’édition d’un livre, c’est tout sauf l’urgence.

    Reply

Leave a Reply